Valentin Leroy – Développeur web

<développeur web / concepteur>

CONTACTEZ-MOI

Édito

«Γνῶθι σεαυτόν»
Connais-toi toi-même.

La connaissance de soi n’est-elle pas basée sur une réflexion perpétuelle, depuis notre plus jeune et tendre enfance ? Peut-on réellement dire que l’on se connait soi-même ? Bien prétentieux sera celui qui le prétendra. Certains pensent que, les quelques secondes précédant la mort d’un individu sont celles où il prend conscience de qui il est, ou plutôt de qui il a été. Je suis des leurs.

Quel intérêt y-a-t-il à se connaître soi-même ? Socrate semblait y attacher une grande importance. Quant à moi, homme, unique parmi des milliards, fonde ma propre opinion. N’est-il pas plus intéressant de connaître les autres ? Observe, réfléchis, analyse, et tu comprendras. Je pense connaître autrui mieux que moi, et j’en suis heureux. Prévisibles et stéréotypés, nous sommes tous sans secrets pour celui qui prend le temps d’examiner le comportement des autres. Mais en observant tant qu’on le voudra, jamais on ne réussira à percer les secrets les plus importants, les nôtres.
Le plaisir d’étudier, les attitudes et les réactions, les faits et les traces. En d’autres termes, contempler avec légèreté le combat éternel de l’Homme pour marquer sa visite dans cette – plus ou moins longue – histoire, que l’on appelle «vie». L’être humain est étonnant. Églises, oeuvres d’art, graffitis, routes, jardins, épitaphes, défilent devant nos yeux. Chacun son rôle, chacun sa façon.

J’ai choisi la photographie. Fixe, la vitesse capturée glisse sur le papier. Les masses d’eau de l’océan contenue dans quelques grammes de bois et de plastique. La fermeture de l’objectif, et en quelques millièmes de secondes, une éternité pourtant éphémère dans la poche.
J’ai choisi l’infographie. Une vie résumée en quelques pixels. Des pensées, affichées par l’éclairage d’un écran. De la mode, des règles, de la précision, de la technique. Surbrillance et violence sont les moyens d’expression. On laisse sa pensée vagabonder dans une oeuvre virtuelle. Des écrits, de toutes formes et de toutes tailles semblent interpeler comme nous le souhaitons, ceux que nous connaissons.

On laisse notre trace, pour garder espoir.
On veut simplement qu’on se souvienne de nous.
On veut simplement rester dans la mémoire de ceux qui nous connaissent, à défaut de ne jamais y être arrivé.

Valentin Leroy

WWWEB

Who
is the
man